Cela faisait longtemps que les villageois et les visiteurs qui se rendent chaque année aux festivités de San Fermín ne vivaient pas un début aussi détendu que celui d’hier. Cela n’implique naturellement pas, moins d’enthousiasme au moment d’assister au ‘txupinazo’ ou de boire tandis que l’on observe la procession de géants et de baigneur à grosse tête. On dirait que l’interdiction d’introduire du verre pendant les fêtes a apporté les résultats souhaités.

Ainsi, on estime que le nombre de blessés par coupures s’est réduit considérablement pendant la journée d’hier,  en tenant compte à des éditions précédentes, au moins en un quatre-vingt pour cent. De cette manière, en laissant de côté ‘l’encierro’ (la mise au toril), les seuls incidents importants se sont produisaient quand les patrouilles de policiers ont empêché l’accès aux jeunes gens à la Plaza del Ayuntamiento avec une ‘ikurriña’ de grandes dimensions, la situation a été vite contrôlée.

Entretemps, en ce qui concerne la mise au toril, l’un des principaux attraits pour les voisins et les touristes, il est important de souligner qu’il y a eu uniquement deux blessés. Malgré le danger des taureaux, qui appartiennent à l’élevage de Torrestrella et avec un poids qui oscille entre les 470 kilos et les 600 kilogrammes.

En général, les taureaux ont couru d’une manière compacte, ce qui a beaucoup facilité la participation des ‘mozos’ (les jeunes coureurs). Cependant, à l’Estafeta, l’un des scénarios principal de San Fermín, un jeune a souffert un traumatisme maxillo-facial et un autre ‘mozo’ a été soigné à cause d’un traumatisme thoracique. Heureusement que personne n’a reçu, jusqu’à présent des ‘cornadas’ (coup de corne). Voir Pampelune et San Fermin, sur le même site, le commencement des fêtes espagnoles qui sont archi connues dans le monde entier.

Etiquetas: , , , , , , , , , , , , , ,